investir immobilier pièges

Les pièges à éviter pour investir dans l’immobilier en 2023

La pierre est certainement l’un des placements les plus rentables de nos jours. Cependant, avant d’investir dans l’immobilier, il y a des préalables à considérer. Ils garantissent la rentabilité de l’investissement et permettent de l’envisager sur le long terme. Quels sont donc les pièges à éviter si vous souhaitez investir dans l’immobilier en 2023 ?

N’investissez pas dans un bien que vous ne pouvez pas entretenir

Pour investir dans la pierre, vous devez tenir compte des charges d’entretien du bien. Concrètement, en réalisant votre investissement, assurez-vous de disposer de ressources financières afin de faire face aux réparations imprévues. Ce sont des situations à anticiper pour rentabiliser votre placement.

Vous pourriez avoir à effectuer des réparations, même dans un bien acheté neuf. Dans l’ancien, il s’agit d’une situation encore plus fréquente. Autant donc prévenir ce cas de figure en vous assurant d’une marge de manœuvre financière conséquente. Cette précaution est aussi utile pour gérer les périodes d’inoccupation du logement acheté.

Dans cette optique, pour investir en immobilier en 2023, l’idéal est d’inclure ces liquidités dans le budget dédié à l’acquisition de la propriété. Ainsi, vous en aurez une idée claire et en disposerez aussitôt l’opération finalisée. En procédant rapidement aux réparations, vous pourrez proposer un bien en bon état, notamment dans l’hypothèse d’une location ou d’une revente.

N’investissez pas trop dans les rénovations

L’immobilier ancien est une option que privilégient de plus en d’investisseurs pour son accessibilité financière et les options qu’il offre en termes de configuration. En optant pour une propriété ancienne, il faudra réaliser des travaux de rénovation.

Lire  Combien coûte une enseigne de magasin ?

S’ils peuvent être onéreux, évitez tout de même d’y consacrer un budget trop important. Le fait de dédier un budget conséquent aux rénovations comporte un risque. Même si elles optimisent le confort du bien, les rénovations, lorsqu’elles sont effectuées à des coûts faramineux, compromettent la rentabilité de votre investissement.

Concrètement, si vous n’arrivez pas à louer le logement à un prix élevé, vous ne rentabiliserez pas. Dans le meilleur des cas, vous ne pourrez envisager cette rentabilité que plus tard. Or, pendant ce temps, vous devrez vous acquitter des taxes et autres charges associées à la propriété d’un actif immobilier.

Investissement immobilier pièges à éviter

N’achetez pas dans un quartier en déclin

L’emplacement est une donnée importante lorsqu’on investit dans la pierre. Il conditionne en grande partie la rentabilité de l’investissement. Pour la garantir, évitez donc d’acheter un logement dans un quartier en déclin. Un quartier en déclin est une zone peu desservie, où les commerces de proximité, les lieux d’intérêts et les transports sont peu disponibles. Il peut s’agir d’une zone peu urbanisée et reculée.

Si les biens dans ces quartiers sont souvent moins chers, cette acquisition présente tout de même un risque. Vous aurez du mal à louer ou revendre le bien plus tard, étant donné la faible demande pour ces adresses. Si le quartier vous intéresse quand même, patientez. Attendez que le marché immobilier local amorce une nouvelle dynamique et que la visibilité du quartier s’optimise.

Si ce renouveau pourrait augmenter les prix, vous avez le temps de vous y préparer financièrement. Si vous misez sur l’immobilier ancien, vous pouvez acheter le bien et patienter avant de réaliser des travaux de rénovation. Vous pourrez entamer ceux-ci une fois que le marché se redressera, avec des perspectives de location ou de revente plus intéressantes.

Lire  Achat immobilier : nos conseils pour gérer en autonomie

Ne sous-estimez pas l’impact du financement de l’opération

La plupart des investisseurs immobiliers financent leur achat via un crédit immobilier. Cependant, tous n’appréhendent pas toujours l’implication financière et la pression du prêt immobilier. Si le remboursement s’étale généralement sur 15 à 25 ans, un crédit immobilier implique un taux d’endettement inférieur à 35 % de vos revenus nets.

Vous devez donc évaluer votre capacité à faire face aux mensualités pendant toutes ces années. En ce sens, il est important de tenir compte du TAEG de votre prêt et non du taux nominal précisé par la banque. De même, ne négligez pas le poids de l’assurance emprunteur, laquelle peut représenter à elle seule près de 30 % du coût total du crédit. Ajoutez à cela les frais de dossier.

Assurez-vous donc de bien analyser l’impact financier du crédit immobilier sur vos finances. Dans le cas d’une location du bien acheté, les loyers devraient aider à rembourser le prêt. Il n’en demeure pas moins que le crédit immobilier est un engagement dont les conséquences doivent être évaluées objectivement.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *